Avant-propos
 (du Glossaire érotique)
   "Il faut avoir un certain courage pour faire un livre comme celui-ci; car, tout d’abord, la plupart des personnes qui l’ouvriront s’empresseront de le rejeter comme un tissu d’obscénités, qu’un homme qui se respecte n’aurait jamais dû mettre au jour. Pour beaucoup de gens, sans doute, la première impression sera telle; mais pour ceux qui voudront un peu réfléchir, ils reconnaîtront bientôt qu’il y a un but utile dans cette publication; qui n’est faite ni pour les jeunes filles, ni pour les écoliers."
   "Pendant plusieurs siècles, on n’attacha aucune idée malhonnête à une multitude de mots et d’expressions qui sont actuellement bannis de la bonne compagnie, et les hommes les plus graves les employaient sans que personne y trouvât à redire. Peu à peu, on a trouvé que certains mots devaient être bannis de la langue, et on les a remplacés par d’autres, ou bien par des périphrases qui expriment, il est vrai, la même idée, mais en bannissant le scandale. C’est sans doute une singulière manière de voir que de regarder un mot comme obscène, et non pas ce qu’il veut dire; car il semblerait raisonnable de ne blâmer dans un écrit que les pensées qui y sont reproduites, et de ne taxer qu’elles seules d’immoralité, sans s’attacher aux mots, qui ne sont que le moyen de rendre les idées palpables. Mais, enfin, la coutume est ainsi établie, et il faut s’y soumettre, sous peine d’être honni. Un auteur qui ne se conformerait pas à cet usage ne serait pas lu, et, de plus, il irait faire un tour en police correctionnelle. Aussi n’avons-nous point le projet de vouloir réformer le monde et de changer sa manière de voir sur un sujet qui a été traité par Bayle beaucoup mieux que nous ne le pourrions faire."
   "La manière actuelle d’écrire ne doit cependant pas faire proscrire la littérature du XIIe au XVIIe siècle, et empêcher de lire des écrivains distingués, qui n’ont commis d’autres fautes que d’employer dans leurs écrits des mots dont on se servait dans toutes les classes de la société. Tous les dictionnaires ayant soin de bannir de leurs colonnes les mots réprouvés, il arrive que bon nombre d’expressions employées autrefois deviennent inintelligibles pour les lecteurs, qui ne les entendent pas dans la conversation. Cet inconvénient se fait surtout sentir pour les étrangers, car les nationaux ont parfois occasion de les entendre employés par le peuple. Il semble donc que la publication d’un glossaire érotique doit être accueillie favorablement par tous ceux qui veulent lire notre ancienne littérature, et qui sont désireux de bien comprendre les écrivains qui n’ont eu d’autre tort que d’appeler un chat un chat, et qui, sous des obscénités apparentes, ont souvent caché des leçons de morale et de philosophie, que les persécutions religieuses les empêchaient de publier ouvertement."
   "C’est donc à la partie sérieuse des gens lettrés que nous nous adressons, notre unique but étant de rendre plus familière la lecture d’écrivains d’un grand mérite. Certains d’entre eux, il est vrai, ont été publiés avec un glossaire spécial; mais, en général, il est fort incomplet, surtout en ce qui regarde les termes érotiques. Et puis ces explications manquent presque toujours dans les anciennes éditions, qui sont actuellement fort recherchées."
   "Dans cet ouvrage, tous les mots sont imprimés en entier, aucune lettre n’étant remplacée par des points; car cette coutume semble s’éloigner tout à fait du but qu’elle se propose. Que veut-on, en effet? Que l’attention ne se fixe pas sur des mots qu’on regarde comme déshonnêtes. Et, de bonne foi, est-il meilleur moyen de l’y fixer que de ne pas imprimer le mot tout entier, puisqu’alors on est forcé de faire des efforts d’imagination pour retrouver ce qui a été omis, tandis que s’il en était autrement on n’y ferait que fort peu d’attention, l’examen ne se portant que sur la pensée exprimée dans la phrase qu’on lit. On croirait vraiment que ce moyen a été inventé par quelque libertin."
   "Quant à l’orthographe, nous avons suivi en général celle qui est adoptée actuellement, celle des temps anciens étant si variable, même dans le même auteur, que nous n’aurions su laquelle choisir. Seulement, nous avons indiqué toutes les manières diverses d’orthographier le même mot, en renvoyant pour les explications et les citations à celui qui est écrit à la moderne."
   L’AUTEUR

Dictionnaire Érotique moderne. . 1864.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avant-propos — [ avɑ̃prɔpo ] n. m. inv. • 1566; de 1. avant et propos ♦ Courte introduction (présentation, avis au lecteur, etc.). ⇒ avertissement, introduction, préface. ⊗ CONTR. Conclusion, postface. ● avant propos nom masculin invariable Courte introduction …   Encyclopédie Universelle

  • avant-propos — AVANT PROPOS. s. m. Préface, discours qui se met au devant de quelque Ouvrage pour faire connoître ce qu il contient, et quel a été le dessein de l Auteur en le composant. Il y a un long avant propos à la tête de ce Livre. [b]f♛/b] Il se dit… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • avant-propos — / prō pō/ noun 1. Preliminary matter 2. A preface • • • Main Entry: ↑avant …   Useful english dictionary

  • avant-propos — |àvã prôpô| s. m. 2 núm. 1. Prólogo. 2. Prefácio; preâmbulo; introito.   ‣ Etimologia: palavra francesa …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Avant-propos — Sur les autres projets Wikimedia : « Avant propos », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) L’avant propos, est l’un des synonymes de préface. Ce terme, qui n’est que la traduction mot à mot de prosfatio, a été usité en… …   Wikipédia en Français

  • avant-propos — (a van pro pô) s. m. 1°   Discours en tête d un livre. 2°   Ce qu on dit avant de commencer un récit, d exposer un fait. •   Le prédicateur a enchâssé dans son avant propos, le plus agréablement du monde, l histoire d Artémise sur les cendres de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AVANT-PROPOS — n. m. Sorte de courte introduction mise en tête d’un livre. Il y a un long avant propos à la tête de cet ouvrage. Des avant propos. Il signifie aussi Ce qu’on dit avant de venir au fait, quand on entreprend de raconter quelque chose. Il a fait un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • AVANT-PROPOS — s. m. Espèce de préface, discours qui se met à la tête d un livre, pour faire connaître ce qu il contient, et quel a été le dessein de l auteur en le composant. Il y a un long avant propos à la tête de cet ouvrage.   Il signifie aussi, dans la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • avant-propos — foreign term Etymology: French preface …   New Collegiate Dictionary

  • propos — [ prɔpo ] n. m. • 1265; purpos 1180; de proposer, d apr. lat. propositum I ♦ 1 ♦ Littér. Ce qu on se propose; ce qu on se fixe pour but. ⇒ dessein, intention, résolution. « Je formais le propos de ne jamais chicaner » (Duhamel). Être dans le… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”